Ce jour-là devait être un jour comme les autres. Une matinée, pareille aux précédentes, alors que je me replongeais dans mon dernier E-learning 3D, laissé la veille. Captivé par le discours du formateur, le réveil fut d’ailleurs un peu difficile.

Cheveux en friche, pyjama, pantoufles, je rêvassais en regardant mon écran, le chien, les tâches du quotidien laissées la veille. Entre la vaisselle, le rangement, le linge et ma formation 3D, mon coeur balance.

Très rapidement, j’allais devoir passer la seconde, car la journée commençait à être bien avancée. J’ai reçu un peu plus tard un sms pour me rappeler à mes devoirs d’homme moderne, les courses, du repassage, mais surtout ranger la maison pour la venue d’amis pour le wend. La journée allait être longue…. très longue… sans 3D à l’horizon.

Ce quotidien qui nous tue

Si comme moi, vous connaissez ou avez connu la chance de pouvoir travailler à domicile, ce petit bout d’histoire personnelle ne vous sera certainement pas anodin.

Que l’on soit porteur de projets, entrepreneur, « full remote » ce qu’on appellera pour simplifier « télétravailleur » le travail à domicile engage une série d’avantages avec, tout du moins, son lot d’inconvénients.

 

  • Productivité en hausse ? Difficile à mesurer et dépend de l’environnement de travail.
  • Isolement ? Très probablement, malgré les nouvelles technologies.
  • Moins de stress ? Oui, si ça se résume à circulation des autoroutes le matin. Cependant il ne faut pas oublier le surengagement et l’envie de bien faire d’un salarié qui en oublierait la frontière et l’équilibre entre travail & maison.

 

Retour à nos pantoufles

Victime de mon propre enfermement, pris dans une spirale sacrée, mélange d’habitudes et de routine, il était temps de reprendre les choses en mains. Mais comment ?

Sans chercher plus que ça, car la routine, ça à quelque chose de rassurant, c’est un peu par hasard que j’ai vu passer une publication Facebook. « ESCO, 1 mois gratuit » (entendez pas Esco, espace de co-working). Et jme suis dit, pourquoi pas ?

C’est comme ça, en troquant mes pantoufles contre l’espace de co-working, que mon petit projet de me remettre doucement à la 3D a réellement pris une autre tournure.

Lorsqu’on découvre le co-working

C’est 20 minutes de route, 3 tours de parking et le paiement de l’horodateur pour la journée qui me séparent de l’espace coworking le plus proche, l’Esco à Tournai. Vous imaginez bien qu’il m’est venu plus d’une fois l’envie de faire demi-tour et pourtant, à peine arrivé quelque chose avait déjà changé. De la curiosité, une envie de découvrir ce nouvel univers et un sentiment rapide d’être comme à la maison.

Petite cuisine, frigo, espace de travail partagé, mais surtout un accueil des co-workers. « Des co-workers ? Quésaco?  »

Ce qui est bien avec internet, c’est qu’on y trouve toute une série de définitions, mais en pratique, vous donner une définition du co-worker modèle m’est totalement impossible. Salarié d’une entreprise, entrepreneur ou porteur de projet, issu des domaines de l’innovation, de la santé, du commerce, du tourisme, du bien-être, de l’informatique, de l’architecture, avec enfant(s) / ou pas, célibataire/ ou pas, de 22 à 45 ans / ou plus, Belge, Français, Palestinien, Suisse, Sicilien. Vous l’aurez compris, il y a de quoi faire de nombreuses découvertes humaines et ça, on s’en rend très vite compte en passant la porte.

Et mon entreprise dans tout ça ?

Vous l’aurez compris, c’est une véritable expérience humaine à laquelle je participe chaque jour, mais quels sont les autres avantages que vous pourriez attendre en rejoignant l’un de ces espaces ?

  • Favoriser les échanges, c’est profiter d’un regard extérieur sur un projet, une méthode de travail, une idée.
  • En créant du lien, vous étendez inévitablement votre réseau. Un salarié pourra également être l’ambassadeur de votre entreprise et lui apportera ainsi de la visibilité.
  • Le co-working, c’est un espace de travail, mais également un lieu propice à la formation, au networking et à différents évènements. Une nouvelle occasion pour apprendre, monter en compétence et s’ouvrir aux opportunités.
  • De nouveaux clients ? Parler de soi et de son entreprise, c’est pointer du doigt les problématiques auxquelles vous pouvez répondre. Ainsi les espaces de coworking peuvent être un terrain propice si c’est fait naturellement et sans volonté de revendre à tout prix votre produit.

Mon année co-working en quelques chiffres

  • 8 espaces de coworking visités
  • plus de 10 invitations à présenter mon projet
  • Plus de 15 évènements : networking, formations, ateliers
  • 6 nouveaux clients
  • 3 partenaires et de nombreux contacts, amis, relation professionnelle
  • Un nombre incalculable de nouvelles idées

Le mot de la fin

Quitter mon isolement a été un accélérateur pour mon projet professionnel, mais également à titre personnel.

Le coworking m’a permis de lancer ma propre activité de modélisation et de formation 3D « Prévisual« , lancer un projet de collectif autour de la communication avec 11 personnes, recentrer le collectif sur une agence de marketing & communication de 4 partenaires « Supersuper » et de développer de nouveaux projets autour du développement du commerce local de Tournai. Un avenir plein de projets et des pantoufles qui m’attendent tous les soirs.

Paroles de coworkeurs

Envie de témoigner de votre expérience ? Contactez-moi. – Martin Lisen